Cinéma - Nés en 68

Cinéma - Nés en 68
Le portrait d'une generation

Un film un peu poncif, sur l'heritage politique et social de mai 68, trop démonstratif d'emblée. Heureusement, le portrait d'une génération, celle de nos aînés essentiellement. Forcément de "gauche", entre Act up, quand même, et les sans papiers. Encore une fois des sujets effleurés, avec douceur. Mais c'est déjà ça. 

Une oeuvre qui traverse les époques. On démarre en toute naïveté, avec les mêmes parfums que "Mourir à 30 ans", la mise en exergue quasi béate des utopies et avancées sociales que l'on connait, comme la libération des femmes, leur courage révélé, les notions de pouvoir à renverser, la sexualité assumée, les communautés hippies, le retour à la nature, l'avortement, l'homosexualité. 

Egalement la remise en question de l'ordre, des lois, des normes, du mariage, de la fidélité et autres valeurs bourgeoises. Schéma emblématique d'une lutte controversée, presque oubliée et souvent reniée aujourd'hui. Puis on glisse d'une génération à une autre, une lente chute vers une réalité sombre, qui accompagne les années : le renoncement, les séparations, la prison, la fin des illusions, le fachisme, le VIH, le cancer, la mort. Au final, une critique constante de la politique, de De Gaulle à Sarkozy, le cynisme en toile de fond. 

Ce qui est nouveau, c'est cette projection en avant, ce lien avec l'après 68 jusqu'à nos jours. Certes, sur la longueur, pendant trois heures. Avec la découverte enthousiasmante d'un talent prometteur, un fabuleux acteur, simple, à l'aise et naturel, jouant le fils de l'heroine.

ça vous a plu ? Partagez avec amour !

Alors c'était comment ?

Envie de sortir ?